• À la plume !

    " Les instruments du travail à l'encre : 1ère partie "

     Parmi les techniques que j'utilise, l'encre de Chine occupe une place ancienne. Ce fut, pendant mes années d'étudiant, mon moyen d'expression privilégié.

    À la plume !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Les outils que j'employais étaient traditionnels: l'encre en bouteille et la plume métallique ou, quelquefois, le pinceau (de préférence un très bon pinceau en martre pour conserver la nervosité du trait).

    À la plume !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     La variété des formes de plumes disponibles permet d'obtenir des traits de largeur et de souplesse très diverses.

    À la plume !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ces plumes, cependant, ont un inconvénient : leur usure rapide. La plume neuve produit un trait fin et régulier mais très vite la qualité du trait se dégrade. Il faut donc changer la plume. Il m'est arrivé sur certains grands dessins d'utiliser jusqu'à dix plumes successivement pour garantir la régularité du trait. Et il faut puiser à chaque instant l'encre dans l'encrier ou le flacon...

    Pour certains artistes ce n'est pas un problème. Ils apprécient même cette évolution du trait, cette souplesse que la plume acquière au fur et à mesure de son usage. Mais la technique que j'utilise, les hachures, nécessitent une très grande régularité de trait. J'ai donc fini par adopter l'outil des architectes et des dessinateurs industriels qui travaillent encore « à l'ancienne » (c'est à dire sans recourir à la PAO) : le stylo à encre à pointe tubulaire. Usure négligeable, réserve d'encre interne et calibrage du trait, donc sa largeur est absolument constante.

    À la plume !

     

    Voici un exemple de cette façon de travailler :

    À la plume !

     

    « London #2 » Encre de chine sur papier 58 x 39cm

    À la plume !

     

    « London #2 » (Détail)

    Je consacrerai un prochain article à cette technique.

    Un dernier conseil pour aujourd'hui à ceux d'entre vous qui utilisent les flacons d'encre de Chine traditionnels. Il m'a été donné par un artiste louisianais travaillant lui aussi à la plume et à l'encre de Chine.

    Ces petits contenants sont, par nature, très instables. Ils se renversent facilement. Bien des accidents de ce genre ont gâché des jours de travail. Il suffit pour limiter les risques de fixer le flacon, avec du ruban adhésif, sur un carton épais (un format A4 ou 24 x 32 cm suffit).

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :